JEAN-NOËL TRONC

Directeur Général de la Sacem

Interview à Electron Libre sur le débat européen

Dans un entretien accordé à Électron Libre le 25 mars dernier, je prends position dans le débat européen après la publication du rapport de Julia Reda.

Extrait :

« La bataille européenne pour l’avenir de la culture et des industries de la création ne fait donc que commencer. »

Electron Libre […]  tant les Commissaires que la députée européenne du parti pirate, Mme Reda, expliquent que le droit d’auteur freine l’accès aux oeuvres dans l’espace numérique

Jean-Noël Tronc – L’affirmation centrale sur laquelle toute cette offensive repose, c’est que les « barrières nationales du droit d’auteur », pour citer le discours-programme de juillet 2014 du Président Jüncker, créeraient, dans le marché numérique, des obstacles rédhibitoires à l’accès du consommateur européen aux oeuvres culturelles et que celui-ci exprimerait un sentiment d’urgence face à cette situation.

Sincèrement, qui peut imaginer, si on interrogeait les citoyens européens, qu’ils répondraient que parmi les priorités pour l’Europe figurent « la modernisation du droit d’auteur » ? Le message sur l’urgence de lancer une « modernization of copyright » est martelé depuis des mois et tient lieu de programme politique européen pour la culture.

Avec le chômage massif, surtout chez les jeunes, la guerre aux portes de l’Europe, le déclin industriel, le défi environnemental, les dettes menaçantes des Etats, la crise d’identité, la montée des extrêmes, et j’en passe, qui peut croire que la « copyright modernization » constitue de près ou de loin un sujet d’intérêt pour nos compatriotes ? Et encore moins une priorité ou une urgence.

Un vrai sondage montrerait sans doute que les citoyens européens s’en fichent complètement, ce qui est plein de bon sens, parce que le droit d’auteur fonctionne très bien et que jamais le consommateur n’a eu accès à autant d’oeuvres culturelles.”


Découvrez cette interview dans son intégralité

« »

© 2018 JEAN-NOËL TRONC. Theme by Anders Norén.